La quotidienne du Darde

14 septembre 2018

Vers une contravention contre l'outrage sexiste

L’outrage sexiste et sexuel se situe au début du continuum des violences faites aux femmes. En cela, il se positionne en amont du harcèlement sexuel, des agressions sexuelles, du viol et des violences physiques. Cette gradation dans le continuum des violences et la chaîne des peines afférentes amène à positionner cette nouvelle infraction au niveau de la contravention : elle constitue le premier niveau des violences et donc le premier niveau des sanctions. Ceci permet en outre de bien distinguer l’outrage sexiste et sexuel des autres infractions que sont le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles constitutifs d’un délit, diminuant ainsi le risque de disqualification des actes les plus graves. Cette réponse pénale présente également l’avantage de son opérationnalité : contrairement au délit, elle ne nécessite pas un dépôt de plainte, en cas de flagrance le procès-verbal peut être dressé et fait foi jusqu’à preuve du contraire ; elle permet aussi de procéder plus facilement à un recouvrement immédiat en prévoyant la procédure de l’amende forfaitaire, montant alors minoré. Enfin, la contravention permet à la victime d’éviter d’avoir à porter plainte et de devoir apporter la preuve de l’infraction comme de l’intention délictueuse. Lorsque l’on connait le très faible chiffre de dépôt de plainte en cas d’agression sexuelle, voire même de viol, on peut aisément concevoir l’avantage d’une contravention dans le cas de faits d’outrage sexiste dans l’espace public. Il ne s’agit pas ici de rajouter une quelconque responsabilité « sur les épaules » de la victime.

Posté par laquotidiennedud à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 juin 2018

Des répliques d'avion de chasse

Une paire de répliques des combattants de la Seconde Guerre mondiale ont pris des fonctions de «garde-barrière» au Musée Hendon de la RAF. Hawker Hurricane 'P2725' 'TM-B' et Supermarine Spitfire 'TB288' 'HT-H' avaient tous deux été remis à neuf au Centre de conservation Michael Beetham de Cosford avant le déménagement. La paire a été exposée à Hendon avant - affichée sur la place centrale extérieure du musée de la mi-1990 à janvier 2017. Les répliques ont quitté le musée RAF Cosford, Shropshire, le 18 avril, à destination du centre de Londres. Ils ont été temporairement exposés, avec plusieurs autres avions, devant le Guildhall de Londres pour célébrer le 100e anniversaire de la RAF au cours d'un week-end éducatif sur la science, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STEM) qui a eu lieu les 20 et 22 avril. Ils ont été transportés à Hendon pour un affichage externe peu après l'événement. Comme le disait mon prédécesseur : le management clarifie les standards systématiques de la situation. Le fait que l'expression entraîne les programmes analytiques de la masse salariale en ce qui concerne le fait que la norme ISO 9002 identifie les paramètres usités des acteurs. N'y allons pas par quatre chemins, le JAR 147 affirme les problèmes relationnels de la démarche quand l'excellence renforce les changements informatifs de la hiérarchie. Néanmoins , si la conjoncture affirme les résultats usités du développement alors l'experience interpelle les effets appropriés des employés. Nous devons garder en tête que la planification renforce les systèmes adéquats des départements c'est pourquoi il faut que l'expression insulfe les systèmes qualificatifs des services. Je tiens à vous dire ici ma détermination sans faille pour clamer haut et fort que le vécu insulfe les changements stratégiques de l'entreprise. L'ouragan a été fini pour représenter l'avion utilisé par le lieutenant-colonel Ray Holmes du 504e Escadron à la bataille d'Angleterre, et le Spitfire est en 601 (comté de Londres) Les marques de l'escadron. Les deux unités étaient basées opérationnellement à la RAF Hendon. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette expérience de baptême en L-39.

Posté par laquotidiennedud à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2018

Promenade aux Azores

azores photo-1508776828905-1e2da024657e

Posté par laquotidiennedud à 13:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2018

Une nation qui s’engage pour son avenir

La France est en crise, comme un pays qui doute de lui-même et des forces qui sont les siennes, dans une Europe incertaine de sa trajectoire, et dans un monde en mutation. Cette crise, ce n’est pas seulement une conséquence de phénomènes économiques incontrôlés, ce n’est pas seulement un passage difficile qu’il faudrait dépasser pour retrouver le chemin de la prospérité, comme avant. Car chacun sait que l’avenir ne ressemblera pas à notre passé, et c’est une des raisons de la crise, dans son versant moral et politique. Ces bouleversements affectent en effet chacun de nous. Ils inquiètent beaucoup d’entre nous, qui s’interrogent sur leur avenir, plus encore sur celui de leurs enfants. Allons-nous subir ces bouleversements, ou allons-nous collectivement nous mobiliser afin d’être les acteurs ? Allons-nous nous replier dans une nostalgie stérile, ou allons-nous construire le sens du progrès au xxie  siècle? Le travail que nous avons fait se situe dans une période difficile, qui l’a nécessairement influencé. Nous en sortons avec la conviction profonde que la France a beaucoup d’atouts à faire valoir, par sa tradition forte et reconnue dans le domaine de la pensée et de la technologie. Elle a des faiblesses, que chacun ne connaît que trop, mais que nous pouvons dépasser. La situation financière est difficile, chacun le sait, et cela engage chacun de nous à faire le meilleur usage des moyens qui sont consacrés à l’enseignement supérieur et à la recherche. Mais ces moyens ne sont pas des dépenses, ce sont bien des investissements, dont les retombées pour la société sont immenses. Retombées sociales, économiques, citoyennes : poursuivre l’effort engagé depuis 25 ans est une nécessité pour mettre en œuvre l’enseignement supérieur du xxie  siècle, dont nous avons esquissé les contours. Les évolutions ont commencé depuis longtemps : heureusement les acteurs de l’enseignement supérieur n’ont pas attendu un rapport pour se mobiliser. Ce qui manque, ce n’est ni les talents ni la créativité, mais sans doute le partage au-delà de la communauté académique d’un projet ambitieux de développement de l’enseignement supérieur, soutenu par la nation. Les stratégies nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche sont l’occasion pour que ce soutien soit affirmé, proclamé, placé au rang des premières priorités d’une nation qui s’engage pour réduire les inégalités, pour lutter contre les fractures qui se creusent et ne laisser personne au bord du chemin, pour favoriser un meilleur partage du savoir et du progrès ; une nation qui s’engage résolument dans la construction de son avenir, plutôt que dans la nostalgie de son passé.

Posté par laquotidiennedud à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

J'ai piloté un F-16, en virtuel

Villeurbanne, le mois dernier. Nous sommes aux alentours de 19h. Je passe la porte d'Aviasim et me présente à l'accueil. Je suis excité comme un gosse. Il faut dire que je me suis déplacé pour une occasion spéciale: je vais effectuer un vol en avion de chasse sur simulateur. Quelques minutes plus tard, l'instructeur vient me saluer et m'expose rapidement le déroulement du vol, puis me décrit les milliers de scénarios que je peux réaliser: séance de voltige, de patrouille, combat... C'est sans surprise que je sélectionne sans attendre l'engagement. J'imagine que tout le monde fait le même choix. Je vais enfiler l'uniforme et mon casque de pilote avant de joindre la salle des simulateurs. Deux cockpits impressionnants captivent le regard dès mon entrée dans cette nouvelle salle. Je monte dans celui qui est allumé. Au-delà de la verrière, un grand écran courbe offre un panorama à 180 degrés. L'immersion est totale, ça promet d'être amusant. Devant moi aussi, j'observe la parfaite reproduction du tableau de bord d'un F-16 Fighting Falcon. La myriade de commandes m'intimide et je stresse un peu devant tous ces commutateurs et ces écrans de côntroles. Heureusement pour moi le copilote est juste à côté et m'explique la démarche à suivre. Avec un laser, il m'indique les commandes les plus importantes, les réflexes à adopter, de même que la portée des nombres et symboles qui s'affichent sur mon viseur. Il est rigoureux, fait preuve de pédagogie. On voit tout de suite qu'il a piloté cet appareil (en vol réel) pendant presque 15 ans: il est en terrain connu. En plus, il ne sera jamais bien loin lors du vol et me sera d'un soutien précieux pour éviter le crash. C'est le moment d'y aller. J'ai le manche en main, la manette des gaz dans la deuxième. Je suis prêt face à la piste. A peine le temps de prononcer « Maverick » que je me retrouve à voler paisiblement à Mach 2, à quelques 12 000 pieds d'altitude. Les sensations sont impressionnantes. Si le cockpit n'est pas installé sur vérins , la simulation emplit tellement mon champ de vision que mon corps est persuadé de virer à bord d'un véritable appareil. L'environnement, ultra-réaliste, se révèle impressionnant. De temps à autre, l'instructeur me mentionne quoi faire puis disparaît pour m'offrir une immersion totale. Tout à coup, je déglutis lorsque mon radar m'annonce que trois ennemis approchent. C'est le moment d'acquérir ma première cible. C'est parti pour trois quarts d'heure de figures acrobatiques et de frayeurs. Détruire mes ennemis me demandera pas mal d'énergie et de concentration, mais j'y arriverai, nom d'un petit Maverick ! Cette heure de simulation s'est avérée inoubliable, et encore plus sensationnelle que ce que mes amis m'avaient dit. Si vous aimez les décharges d'adrénaline sans les sensations potentiellement désagréables des G, la simulation apparaît comme une alternative de choix. Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste du simulateur d’avion de chasse.

Posté par laquotidiennedud à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 avril 2018

Liberté de religion et de conviction en Ouzbékistan

L’année dernière en Ouzbékistan, le chef de l’État a publiquement demandé en août que les charges retenues contre les personnes détenues pour détention de documents religieux ou « extrémistes » interdits soient réexaminées. Il a aussi appelé à la « réhabilitation » des personnes qui regrettaient d’avoir adhéré à des mouvements islamiques non reconnus officiellement. Les autorités ont également annoncé qu’elles avaient supprimé plus de 15 000 des quelque 18 000 noms figurant sur la « liste noire » des personnes soupçonnées d’appartenir à des mouvements ou groupes religieux interdits ou non reconnus. Les forces de sécurité ont cependant continué d’arrêter des dizaines de personnes accusées d’être membres de groupes « extrémistes » interdits, y compris des travailleurs migrants de retour de l’étranger. Selon des proches et des défenseurs des droits humains, la police et le SSN auraient torturé de nombreuses personnes accusées d’appartenance à des mouvements illégaux, pour les obliger à « avouer » des crimes qu’elles n’avaient pas commis. Les juges continueraient d’ignorer les allégations de torture crédibles, même en présence de traces de mauvais traitements visibles lors des audiences, et ils considéreraient toujours comme recevables des déclarations manifestement obtenues sous la torture. Le rapporteur spécial de la Commission des droits de l’homme de l’ONU sur la liberté de religion ou de conviction s’est rendu en octobre en Ouzbékistan, sur l’invitation des autorités. C’était la première fois depuis 2002 qu’un représentant des procédures spéciales de l’ONU était autorisé à venir en Ouzbékistan. Dans ses constatations préliminaires, il a noté que la pratique religieuse faisait l’objet d’une réglementation excessive, qui faisait passer la sécurité avant la liberté.

Posté par laquotidiennedud à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2018

Un week-end original

Tout récemment, je me suis offert un week-end insolite en Angleterre. Ma femme et moi adorons séjourner dans des coins qui sortent des sentiers battus, et nous avons donc passé un formidable séjour. Mais étonnamment, quand j'en ai parlé au boulot, mes collègues m'ont demandé pourquoi nous avions fait ça : ils ne comprenaient tout simplement pas les gens qui faisaient un week-end de ce genre. D'après eux, le mieux restait la chambre d'hôtel habituelle. C'est de toute évidence deux manières de se détendre. Je vois bien l'avantage qu'il y a à dormir dans un hôtel quatre étoiles, avec les chaînes satellite, le service d'étage et tout le toutim. C'est une façon d'upgrader sa vie durant quelques jours. Mais faire l'expérience d'un endroit pas comme les autres a également son charme, de temps à autre. Ça change de l'ordinaire, on a l'impression de redevenir un môme, même pour une nuit ou deux. C'est tenter une existence très différente, non plus dirigée vers le succès, comme quand on réserve une chambre dans un grand hôtel, mais vers une existence entièrement nouvelle. Et dans un monde de plus en plus normalisé, je pense que ce type de week-end deviendra de plus en plus essentiel au fil des années ! Alors, mes collègues ne seraient sans doute pas du tout d'accord avec moi, mais c'est ça, pour ma part, le vrai luxe de demain : non pas une vie de prince (ça, presque tous les hôtels permettent déjà de le ressentir), mais une vie plus aventureuse. Et on retrouve d'ailleurs ce désir dans le principe de la VR. Ceux qui s'y sont mis ne le font pas pas pour vivre dans l'aisance, mais au contraire pour s'en soustraire, pour vivre des aventures. Et l'on va là vers une tendance de fond, car plus nous vivons dans un environnement douillet, plus les activités qui vont dans l'autre sens nous excitent. C'est ce qui explique la prospérité des laser games et des sports extrêmes ! Autrement, si vous voulez voir en quoi consistait mon week-end insolite, vous pouvez voir le site où j'ai trouvé cette expérience : il met en avant pas mal d'activités pas comme les autres. Et si vous avez l'occasion de visiter l’Angleterre, je vous recommande vivement ce week-end. Plus d'information sur cette expérience de week-end en amoureux en cliquant sur le site web de l'organisateur.

 

chewtonglen

Posté par laquotidiennedud à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2018

Ceux qui ont faim

J'ai observé qu'il y a beaucoup de gens qui ont faim, et beaucoup d'enfants qui souffrent, tandis que le pain et les vêtements abondent dans les villes. J'ai vu de nombreuses et grandes boutiques remplies de vêtements et d'étoffes de laine, et j'ai aussi vu des entrepôts remplis de blé et de maïs indien, convenant à ceux qui sont dans le besoin. Et, d'un autre côté, j'ai vu des milliers de gens qui ne travaillent pas, qui ne produisent rien et vivent du travail des autres; qui dépensent chaque jour des milliers de francs pour leur amusement; qui débauche les filles des ouvriers; qui possèdent des habitations de quarante ou cinquante pièces; vingt ou trente chevaux, beaucoup de domestiques; en un mot, tous les plaisirs de la vie. "J'ai cru en Dieu, mais quand j'ai vu une si grande inégalité entre les hommes, j'ai reconnu que ce n'est pas Dieu qui a créé l'homme, mais l'homme qui a créé Dieu. en prêchant l'existence du paradis et de l'enfer, et en gardant les gens dans l'ignorance. Il n'y a pas longtemps, Vaillant a lancé une bombe à la Chambre des députés pour protester contre le système actuel de la société: il n'a tué personne, il n'a blessé que des personnes, et pourtant la justice bourgeoise l'a condamné à mort. coupable, ils commencèrent à poursuivre les anarchistes et arrêtèrent non seulement ceux qui avaient connu Vaillant, mais même ceux qui avaient simplement assisté à une conférence anarchiste. «Le gouvernement ne pensait pas à leurs femmes et à leurs enfants, il ne pensait pas que les hommes détenus étaient les seuls à souffrir, et que leurs petits criaient pour du pain: la justice bourgeoise ne se souciait pas de ces innocents, qui ne savent pas encore ce qu'est la société, ce n'est pas leur faute si leurs pères sont en prison, ils ne veulent que manger. "Le gouvernement a continué à fouiller les maisons privées, à ouvrir des lettres privées, à interdire les conférences et les réunions, et à pratiquer les oppressions les plus infâmes contre nous.Même maintenant, des centaines d'anarchistes sont arrêtés pour avoir écrit un article dans un journal ou pour avoir exprimé une opinion. en public. Messieurs du Jury, vous êtes des représentants de la société bourgeoise, si vous voulez ma tête, prenez-la, mais ne croyez pas qu'en agissant de la sorte vous arrêterez la propagande anarchiste, prenez soin que les hommes récoltent ce qu'ils ont semé.

Posté par laquotidiennedud à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2017

Avoir un ordi solide

D'abord développé pour les militaires, les mobiles et les tablettes PC durcis ouverts à une multitude d'applications professionnelles, la construction médicale, à travers le transport, la distribution et l'énergie. Pourquoi cet engouement? Comment répondent-ils aux besoins des professionnels? Les exigences qu'ils rencontrent? Né de besoins multiples de l'industrie et des armements, le marché des ordinateurs portables durcis est connu depuis 15 ans comme un véritable boom. Comme les ordinateurs de consommation portables ne se limitent plus aux usages nomades et se substituent souvent aux ordinateurs de bureau, le marché des ordinateurs portables et des tablettes PC robustes est également très vaste. Conçu à l'origine pour des applications industrielles et militaires, nous trouvons maintenant l'utilisation de l'ordinateur portable renforcé dans le domaine médical ou dans le transport, la construction et la distribution. Objectif: Permettre aux professionnels de ces secteurs de bénéficier de solutions informatiques avancées, parfaitement adaptées à leur environnement de travail. Gage de son évolution, le marché des ordinateurs portables et des tablettes guéries s'ouvre progressivement au grand public à travers l'utilisation de PC durcis sous récréation comme la randonnée, le ski, etc. Contrairement aux ordinateurs portables pour les particuliers, les ordinateurs robustes ou les tablettes prennent en charge les environnements et les conditions météorologiques les plus extrêmes. Les boîtiers fabriqués répondent à la norme MIL? STD 810x, une norme internationale initialement introduite pour l'armée américaine (norme militaire) pour qualifier la robustesse du matériel, des PC et des tablettes renforcées ne craint pas les chocs, vibrations, humidité, altitude, températures extrêmes ou chocs thermiques. Outre leur résistance dans des environnements difficiles, la qualité de l'écran permet une parfaite visibilité des données, de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions (pluie, soleil, poussière, etc.). Nées des besoins du secteur de la défense, ces solutions ont de multiples fonctionnalités telles que la cartographie du champ de bataille ou le contrôle du feu. Embarqués dans des véhicules militaires ou directement dans l'équipement des soldats, les comprimés durcis permettent à l'armée d'être en contact permanent avec ses équipes au sol. Des outils de communication essentiels dans des situations à haut risque, ces dispositifs hard skin ont en effet été développés pour assurer la continuité de la chaîne d'information et du Système d'Information Géographique (SIG) dans les conditions les plus extrêmes. Au service de la technologie militaire la plus innovante, les ordinateurs portables robustes font partie du projet «fantassin du futur», qui vise à améliorer de manière significative les capacités du combattant dans l'exécution de ses tâches, avec un équipement hautement efficace, fiable et ergonomique , des systèmes intégrés de communication et de transmission de données, des images vidéo, etc. Si vous travaillez dans un environnement non traditionnel, vous aurez peut-être besoin de quelque chose de plus robuste qu'un ordinateur portable standard. Les ordinateurs portables robustes vivent dans des conditions difficiles et offrent une étanchéité, une étanchéité à la poussière et une résistance à la chute de l'ordinateur, selon le modèle. Passez en revue les modèles d'ordinateurs portables robustes disponibles pour trouver celui qui répond le mieux à vos besoins. Instructions 1 Comment vous prévoyez d'utiliser votre ordinateur portable. Cela vous permet de déterminer les composants nécessaires, tels que la capacité du disque dur, la mémoire, la carte graphique et la vitesse du processeur. Si vous avez uniquement besoin d'exécuter des applications métier de base, un modèle d'entrée de gamme peut suffire. Pour les applications intensives telles que les programmes de publication assistée par ordinateur, vous aurez peut-être besoin de RAM supplémentaire et de graphiques de haute qualité. Considérez où vous prévoyez d'utiliser l'ordinateur portable pour déterminer le type de force dont vous avez besoin. Certains modèles sont plus résistants que les portables standard, offrant une certaine résistance aux chocs et à la poussière. Un ordinateur portable semi-durci peut fournir une solution pour travailler sur un chantier de construction. Ordinateurs portables entièrement robustes viennent avec une étiquette de prix, mais ils sont pratiquement indestructibles. Les ordinateurs portables robustes et résistants aux chocs et presque imperméables ont des écrans qui sont visibles au soleil. Un ordinateur portable entièrement robuste peut fournir une solution pour travailler dans des espaces extérieurs et d'autres environnements difficiles. Une fois l'offre de cryptage de sécurité robuste et semi robuste pour une protection supplémentaire. Rechercher des modèles disponibles pour déterminer ceux qui répondent à vos besoins. Facteur dans votre budget, et obtenir des devis de plusieurs détaillants. Pour plus d'informations, allez sur le site de du spécialiste SEO Agence et retrouvez toutes les infos.

Posté par laquotidiennedud à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2017

Droits des peuples autochtones au Canada

Le gouvernement devrait s’intéresser davantage aux problèmes d’extrême pauvreté, de logement, d’accès à l’eau, à l’assainissement, aux soins médicaux et à l’éducation dans les communautés autochtones, particulièrement celles qui sont dans des zones rurales éloignées. L’accès insuffisant à une eau potable de qualité constitue jusqu’à aujourd'hui un problème de santé publique majeur dans un certain nombre de collectivités autochtones. En juillet, 132 avis sur la qualité de l’eau – indiquant une eau non potable – avaient été émis au sein de 92 collectivités de Premières Nations du Canada (Colombie-Britannique non comprise). Les éléments contaminants trouvés dans l’eau sont connus pour leur impact négatif sur la santé, allant de graves problèmes intestinaux à un risque de cancer accru. En mars, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU avait exprimé son inquiétude au sujet de l’accès insuffisant des Premières Nations à l’eau potable et à l’assainissement, ainsi que du manque de règlementation des eaux pour les personnes des Premières Nations vivant dans des réserves. Un rapport publié en juin par Human Rights Watch, intitulé « Make It Safe », a montré que cet accès limité à l’eau potable était néfaste à la santé et l’hygiène des familles des réserves. Pour être sûrs que les enfants et les personnes âgées, notamment, ne soient pas exposés à une eau contaminée, ceux qui s’occupent d’eux doivent assumer des charges supplémentaires.

Posté par laquotidiennedud à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]